Réorganisation de l’Etat : Entre optimisme et inquiétudes

Un projet de circulaire a fuité sur la réorganisation de l’Etat (cf. PJ). Cette dernière était très attendue dans les services Jeunesse et Sports. Voici notre analyse à sa lecture.

 Une réorganisation attendue autour des rectorats

Le passage des services déconcentrés Jeunesse et Sports aux rectorats étaient une demande de la majorité des organisations syndicales. C’est le moins pire en période de casse du service public.

Nous nous félicitons :

  • Du transfert des missions formation / certification JEPVA (Jeunesse Education Populaire Vie Associative) et Sports dans les rectorats,
  • Du transfert de l’ensemble des missions JEPVA des DDCS/PP aux DSDEN,
  • De la nomination de Délégués académiques JEPVA placés auprès des recteurs en charge de l’animation des équipe départementales

Nous regrettons :

  • Que les missions JEPVA au niveau départemental soient revues et positionnées au seul service de la mise en œuvre du SNU,
  • Que les missions éducatives JEPVA transférées à l’Éducation nationale ne soient pas sous la seule responsabilité du Recteur,
  • Qu’aucune information ne circule sur la réforme des administrations centrales.

 

Des inquiétudes qui nécessitent un véritable dialogue social

Le diable se niche dans les détails. Vu les échéances courtes et l’incidence du nouvel acte de décentralisation à venir, l’exécutif devra mettre en œuvre un véritable dialogue social à tous les échelons pour que cette réforme, contrairement aux précédentes puisse améliorer le service public tout en préservant les conditions de travail largement dégradées depuis 10 ans.

Nous sommes inquiets :

  • De la phase d’allègement des diplômes qui est annoncée : Qu’est-ce que ça veut dire ? Que des diplômes vont disparaitre ? Lesquels ? Pour quelles raisons ? Nous serons très attentifs et porterons avec conviction les spécificités des diplômes JEP. L’alternance, l’architecture progressive, la qualité et l’accès à des publics éloignés du cursus scolaire traditionnel sont pour nous des fondements essentiels aux diplômes JEP. Ils garantissent la qualité des professionnels, eux-mêmes garants de la sécurité de nos enfants.
  • Du sort qui sera réservé aux personnels administratifs. Il faut partir du nombre d’ETP Jeunesse et Sports en 2010 (avant que certains personnels qui ont des missions JS ne basculent sur un statut cohésion sociale). De plus, les agents doivent avoir le libre choix de leur mouvement,
  • De la double autorité dont relèveront les agents au niveau départemental (Préfet de département et délégué académique). Elle a déjà été éprouvée par les services DR-D. Les représentants du personnel ont pu largement exposer les difficultés d’une telle gestion du personnel. Il faut simplifier cette organisation afin qu’elle ne vienne pas affaiblir et paralyser le service public JEPVA.
  • De la volonté de positionner les missions JEPVA au service du SNU. Le SNU serait alors l’épicentre des missions ? C’est oublier tout le travail fait auprès des bénévoles dans le cadre du FDVA, sur la vie associative, sur l’information jeunesse, sur les missions ERASMUS + autour de l’Europe, sur la formation des animateurs, sur les ACM, etc.

 

Contact Presse : David DURAND 06 79 14 53 66

réorganisation Etat