Le SEP est le syndicat majoritaire des CEPJ et CTPS-Jeunesse. Cela permet d’être présent dans l’instance de dialogue social nationale et de peser face aux directions nationales (DRH et DJEPVA) et au cabinet ministériel.

Le comité technique ministériel est l’instance de dialogue social nationale. Depuis le 1er janvier 2021  nous avons obtenu qu’un CTM JEUNESSE ET SPORT continue d’exister en lien avec le CTM MEN.

Le SEP dispose de deux sièges de titulaire au sein de la délégation UNSA-Education composée du SNAPS, de A&I et du SEJS qui représente 43.81% des voix suite aux élections de 2018.

C’est une instance de concertation chargée de donner son avis sur les projets de décrets et d’arrêtés relatifs à l’organisation, au fonctionnement des services et aux règles statutaires (grille de rémunération, règles pour l’avancement, pour la mobilité).

Etre représentatif au plan national, c’est aussi pouvoir solliciter le ministre et les membres de son cabinet, les directions nationales (DJEPVA et DRH) pour des rencontres bilatérales au cours desquelles sont partagées nos positions, nos propositions sur tous les sujets abordés en CTM et tout autre sujet que nous estimons structurant pour la profession et les politiques publiques éducatives.

C’est ainsi que nous avons activement participé à la refonte du concours de CEPJ, à l’actualisation des spécialités, à l’élaboration des nouvelles règles statutaires (en lien avec l’obligation imposée à toute la fonction publique d’appliquer le Protocole Parcours Professionnel Carrière et Rémunération), à la sécurisation de nos missions éducatives inscrites dans un décret (et non plus dans une simple instruction). Nous avons obtenu que cesse la discrimination des nouveaux collègues à travers des indemnités de sujétion systématiquement minorées

Nous poursuivons notre engagement en œuvrant, par exemple, pour la refonte de la formation initiale et continue, à la prise en compte des spécialités dans les services, à la révision des fonctions graphantes pour accéder à la classe exceptionnelle, à l’augmentation du montant des indemnités pour tous. Nous participons à l’étude portée par le CNAM sur l’étude clinique de nos métiers. Cet état des lieux des pratiques devra aboutir à la valorisation de nos interventions pour la mise en oeuvre des politiques publiques éducatives

Insérer vidéo bilan David

Pour faire aboutir nos réflexions et demandes, nous construisons, autant que possible, des stratégies en lien avec les autres organisations syndicales représentatives.

REPRESENTATION AU NIVEAU LOCAL

 Depuis l’adossement de Jeunesse et Sports à l’Education Nationale au 1er janvier 2021, les instances de dialogue social ont changé. Plus de CT ni de  CHSCT  locaux dans chaque service, mais intégration dans des instances locales actuelles de l’éducation nationale : 

 A l’échelon de la région académique : 

– création du COMITE DE SUIVI intégration JS : CST  –  L’UNSA EDUCATION y est majoritaire comme au CTM JS, le SEP y est représenté dans toutes les délégations UNSA EDUCATION  qui a pu constituer des listes dans toutes les régions académiques.  Tous les sujets concernant Jeunesse et Sports peuvent être abordés en CST par les représentants désignés,  des sujets peuvent être renvoyés aux instances officielles de dialogue social académique.

– intégration d’experts Jeunesse et Sports dans les COMITES DE SUIVI DE LA REFORME TERRITORIALE DE L’EDUCATION NATIONALE : CSRT

A l’échelon des académies : 

– intégration d’experts Jeunesse et Sports dans les COMITES TECHNIQUES ACADEMIQUES ( CTA ) et les COMITES TECHNIQUES SPECIAUX ACADEMIQUES (CTSA), ainsi que dans les CHS Académiques.

Les personnels Jeunesse et Sports et les personnels administratifs dépendent plus précisément des CTSA  dans lesquels UNSA EDUCATION est majoritaire 

vous trouverez ci dessous un schéma simplifié des instances qui seront modifiées en 2022 : 

SCHEMA instances DIALOGUE SOCIAL EN JS