CTM JS: LE MÉPRIS DU DIALOGUE SOCIAL

Ce lundi 27 avril un Comité Technique Ministériel Jeunesse et Sports était convoqué en audio.

Trois points étaient à l’ordre du jour :

  • Point d’information sur les incidences consécutives à la mise en œuvre des mesures visant à lutter contre la propagation de l’épidémie COVID 19,
  • Échanges prospectifs sur les perspectives d’accompagnement du déconfinement progressif,
  • Questions diverses

 

Après une rapide prise de parole de Mme Anor, directrice de cabinet de G Attal, balayant l’ensemble des mesures prises dans le champ JEPVA, soulignant la forte mobilisation des agents et souhaitant affiner la mise en œuvre de l’OTE, chaque organisation syndicale s’est exprimée : déconfinement, risques sanitaires, fort investissement des agents malgré des outils de travail défaillants, ordonnance du 15 avril inconvenante sur l’obligation de congés, … bref, l’expression d’une vive inquiétude et d’une colère certaine vis-à-vis du traitement de la situation en période de confinement et de celle à venir.

 

Incompréhensions réciproques

 

 

 

Cela n’a pas manqué de décevoir” – ce sont ses mots – Monsieur Pascal Bernard, DRH des ministères dits sociaux qui met en exergue tous les numéros verts et autres cellules d’écoute mise sur pied pour soutenir la ligne managériale durant cette période.

Et dans son élan, pour témoigner de l’intérêt qu’il accorde au secteur JS, il se félicite d’avoir, contre l’avis du ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse (MENJ), travaillé à un protocole d’accompagnement RH des agents devant rejoindre le MENJ.

Quand on sait l’investissement en temps et en énergie du MENJ sur ce protocole, témoignage d’une réelle attention à notre arrivée à l’éducation nationale, quand on sait que la DRH actuelle a sciemment minimisé, à son profit, le nombre de postes devant rejoindre l’EN, quand on sait comment depuis 2010 le secteur JS a souffert de la DRH des ministères dits sociaux, rester zen relève de l’exploit !

 

Les organisations syndicales ont claqué la porte!

 

 

Mais quand dans le même temps, en plein CTM, on reçoit par mail la note de service explicative sur les jours de congé, le mécontentement explose !

Alors que l’ODJ annonçait une discussion sur le déconfinement, alors que les OS avaient, en déclaration liminaire, souligné la nécessité de discuter des conditions de mise en œuvre de l’ordonnance du 15 avril sur les congés, le choix est fait d’adresser aux OS la note de service déclinant cette ordonnance en plein CTM.

Procéder ainsi c’est le signe du mépris du dialogue social, du mépris des représentants des agents, du mépris des agents. Massivement, les OS ont claqué la porte du CTM.

Le dialogue social n’est pas un joujou pour de hauts fonctionnaires parisiens qui n’ont aucune idée de ce que sont les conditions de travail des agents du réseau JS.

La déclaration liminaire du SEP UNSA

La question, à l’ordre du jour de ce CTM, des perspectives d’accompagnement du déconfinement progressif doit s’entendre dans la perspective de la préfiguration appelé à être opérationnelle au 1er janvier 2021.

Les problématiques et questions sont certes nombreuses afin de garantir le fonctionnement du service public et la sécurité des agents, après le 11 mai. Nous y sommes particulièrement et d’autant plus sensibles que les agents JS, comme vous le savez, sont dans une situation de souffrance professionnelle depuis 2010.

Ce contexte sanitaire inédit ne doit pas être l’occasion de faire passer au second plan la qualité du travail de préfiguration à mener. Car la qualité des travaux de préfiguration constitue un élément de réussite essentiel pour la création du pôle interministériel éducatif.

Nous voudrions plus particulièrement insister sur la réalité de l’animation des réseaux Jeunesse Engagement Sports confiée aux DRAJES. A une ou deux rares exceptions près, les préfigurateurs DRAJES avaient à peine effleuré cet aspect, avant que le confinement stoppe ces travaux puis en reportent la concrétisation au 1er janvier 2021.

Aussi, nous vous demandons de mettre à profit le report de l’OTE en début d’année prochaine. Entre le 1er juin et le 31 décembre 2020, les collègues d’une même région œuvrant dans le cadre des politiques JEPVA doivent pouvoir être mobilisés pour préfigurer ce que seront les liens entre le niveau régional et les niveaux départementaux. Après 10 années de cloisonnements imposés, ils en sont demandeurs. Travailler en réseau, envisager des stratégies éducatives, s’appuyer sur les compétences et expertises des collègues de sa région nécessitent un cadre et des outils que le préfigurateur DRAJES doivent rapidement proposer.

Parce que la crise sanitaire reporte de six mois la mise en œuvre de l’OTE, parce que le travail de préfiguration est loin d’être achevé, nous vous enjoignons, Madame la directrice de Cabinet, de proposer un cadre clair de mobilisation coopérative des agents au sein d’une même région.